« Comme Jésus nous a aimés, nous aussi, aimons-nous les uns les autres »

association chrétienne libre et charitable déclarée en 1920 selon la loi du 1er juillet 1901

les amitiés     spirituelles

L’association des Amitiés Spirituelles groupe les personnes de bonne volonté, quelle que soit leur nationalité ou leur religion, qui reconnaissent le Christ comme le seul Maître de la vie intérieure et l'Evangile comme la vraie loi des consciences et des peuples.

Il ne s'agit ni de fonder une religion nouvelle, ni de créer une secte de plus. Les membres de ce groupe respectent toutes les formes sociales ou religieuses ; rien n'existe qui n'ait sa raison et son utilité. Ils ne critiquent aucune opinion, mais ils ne veulent dépendre que du seul Christ. Ils  sont  persuadés qu’une évolution collective ne peut s'obtenir que par le relèvement spirituel et moral de chaque individu, et que les terribles difficultés qui menacent le monde occidental seraient vaincues si la majorité, à tous les degrés de l'échelle sociale, accomplissait davantage son devoir.

Ils professent comme axiome de foi : Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, Dieu Lui-même, venu dans le monde pour l’emmener à Sa suite jusqu'à la vie éternelle.

Leur unique maxime, c'est d'aider les autres de toutes manières.

Leur sacrement essentiel, c'est l'obscure prière au seul Dieu vivant, toute simple, toute confiante, toute joyeuse.

Leur idéal est de préparer l'esprit humain, l'individuel comme le collectif, à recevoir la Lumière divine.

En conséquence, les membres des Amitiés Spirituelles s'attachent à faire passer dans leurs actes les maximes de l'Evangile ; ouvriers, employés, patrons, pères, mères, citoyens, ils essaient d'accomplir ces diverses tâches avec une conscience intègre, chacun dans son cercle d'action.

Leur rayonnement s'opère d'abord par la prière, l'aide aux affligés, puis par la parole et enfin par le livre. Profondément convaincus que rien n'arrive sans la permission de Dieu, ils ne font pas figure de réformateurs austères ; l'expérience leur a montré qu'un bon et fraternel coup d'épaule au malheureux embourbé l'aide et le réconforte bien plus que les discours. Ils ne s'immiscent jamais dans les consciences parce que, à leur avis, nos rapports avec Dieu sont choses trop graves pour dépendre d’un intermédiaire.

Ils vous demandent seulement de tenter pour votre compte l'essai qu'ils ont tenté pour le leur. S'interdisant toute polémique, ils ne dépendent d'aucune église, d'aucun groupe politique, ni d'aucune société secrète.

Les rapports avec Dieu sont chose trop grave pour dépendre d'un intermédiaire.



BULLETIN TRIMESTRIEL



Accès au sommaire du n° 266 - avril 2016





« Parlons peu et nous aurons le temps d’agir beaucoup »


Sédir

Amitiés Spirituelles

11/04/2016

Merci de bien vouloir compléter

le « Bon de Commande » ci-dessous




 et le retourner à l’adresse suivante :


laurent-voegele@orange.fr

Bon de Commande

Sous la forme d’un roman, Sédir peint ici l’un de ces ambassadeurs anonymes que Dieu envoie par intervalles pour arrêter la dégradation du monde.

L’assistance divine revêt parfois des formes étonnantes et la promesse du Christ peut se réaliser avec simplicité et dans l’actualité.

Réunion des Amitiés Spirituelles à Lyon le Samedi 23 avril 2016. Rendez-vous à L'Escale Lyonnaise, 100 Rue de Créqui à partir de 15 h

QUELQUES PHOTOS DE LA MEDAILLE DU CAMPO DEI FIORI

Extrait du livre de Boyer d’Agen,  en vente à nos éditions.

Médaille d’Antonio Rossi

Pontificat de Pie V (1565-1572)




Transcription du verso hébreu de la médaille :


« Le Messie a régné.

Il est venu dans la paix, et, Lumière de l’homme,

en fait, Il vit ».


Esquisse quelque peu différente,

datant probablement de la Renaissance

tradition

Christ

livres

initiations

voie

SEDIR

chrétien

mystique

bulletin

articles

LE SILENCE

Texte de Sédir. Bulletin 126 d’avril 1981.


Parler de silence comme il convient n'est guère possible qu'à celui qui s'est fait le serviteur du silence; or, que voilà un maître exigeant. Il est si naturel de faire du bruit et si difficile de se dominer dans les choses médiocres. Et puis d'employer la parole pour décrire le silence est paradoxal; et cependant les conditions de nos facultés infirmes nous obligent pour connaître une chose à en prendre le contre-pied.

 

LIRE LA SUITE >>

DERNIERS ARTICLES PUBLIES :

Le Miracle Chrétien

André Towianski et le christianisme spirituel

L’Apocalypse

Appel pour la France

Prologue de l’Evangile

de Jean

La plus belle rencontre