Les amitiés    spirituelles

L'Association Bulletin Sédir M. Philippe Nos éditions Documents Contact
« Comme Jésus nous a aimés, nous aussi, aimons-nous les uns les autres »

SEDIR

Sous la forme d’un roman, Sédir peint ici l’un de ces ambassadeurs anonymes que Dieu envoie par intervalles pour arrêter la dégradation du monde. L’assistance divine revêt parfois des formes étonnantes et la promesse du Christ peut se réaliser avec simplicité et dans l’actualité.



 © Amitiés Spirituelles 2008-2020


Édition du Centenaire

Maître des cénacles ésotériques qui ont vu le jour au tournant des XIXème et XXème siècles, tels notamment l’Ordre Martiniste de Papus ou l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix de Stanislas de Guaita, Sédir (1871-1926) rompt en 1909 tout lien avec l’ésotérisme pour se consacrer à la diffusion d’une mystique chrétienne qui se veut résolument tournée vers l’église primitive. C’est sa rencontre avec M. Philippe de Lyon en 1897 qui le transfigura imperceptiblement en apôtre de l’Evangile et le verra créer aux environs des années 1920 la société des Amitiés Spirituelles.

L’intérêt de son œuvre qui ne se dément pas avec le temps est dû tant à sa profondeur de vue qu’à son style, haut et lumineux, qui éveille le désir du lecteur de se tourner vers la figure lumineuse du Christ.


Cet ouvrage nous plonge d’emblée au cœur de la Belle-Époque et nous entraîne à une redécouverte de Sédir, de son rôle et de son parcours au travers des sociétés ésotériques et mystiques d’alors ; cheminement qui demeure encore assez méconnu tant des ésotéristes que des milieux universitaires. Ce sera également l’occasion d’entrevoir, de façon plus détaillée, son évolution vers un mysticisme de plus en plus épuré.

Se basant allègrement sur de nombreux témoignages d’époque et se servant de documents trop longtemps délaissés ou pour certains inédits, ce livre veut nous entraîner dans une approche renouvelée, tant du point de vue historique que spirituel.

Déclaration de principe :

Bulletin

Abonnez-vous pour 15 € par année civile

Voir le sommaire du dernier numéro


Allocution de Sédir

Conférence inaugurale des Amitiés Spirituelles du 19 septembre 1920



L’association des Amitiés Spirituelles groupe les personnes de bonne volonté, quelle que soit leur nationalité ou leur religion, qui reconnaissent le Christ comme le seul Maître de la vie intérieure et l'Evangile comme la vraie loi des consciences et des peuples.

Il ne s'agit ni de fonder une religion nouvelle, ni de créer une secte de plus. Les membres de ce groupe respectent toutes les formes sociales ou religieuses ; rien n'existe qui n'ait sa raison et son utilité. Ils ne critiquent aucune opinion, mais ils ne veulent dépendre que du seul Christ. Ils  sont  persuadés qu’une évolution collective ne peut s'obtenir que par le relèvement spirituel et moral de chaque individu, et que les terribles difficultés qui menacent le monde occidental seraient vaincues si la majorité, à tous les degrés de l'échelle sociale, accomplissait davantage son devoir.

Ils professent comme axiome de foi : Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, Dieu Lui-même, venu dans le monde pour l’emmener à Sa suite jusqu'à la vie éternelle.

Leur unique maxime, c'est d'aider les autres de toutes manières.

Leur sacrement essentiel, c'est l'obscure prière au seul Dieu vivant, toute simple, toute confiante, toute joyeuse.

Leur idéal est de préparer l'esprit humain, l'individuel comme le collectif, à recevoir la Lumière divine.

En conséquence, les membres des Amitiés Spirituelles s'attachent à faire passer dans leurs actes les maximes de l'Evangile ; ouvriers, employés, patrons, pères, mères, citoyens, ils essaient d'accomplir ces diverses tâches avec une conscience intègre, chacun dans son cercle d'action.

Leur rayonnement s'opère d'abord par la prière, l'aide aux affligés, puis par la parole et enfin par le livre. Profondément convaincus que rien n'arrive sans la permission de Dieu, ils ne font pas figure de réformateurs austères ; l'expérience leur a montré qu'un bon et fraternel coup d'épaule au malheureux embourbé l'aide et le réconforte bien plus que les discours. Ils ne s'immiscent jamais dans les consciences parce que, à leur avis, nos rapports avec Dieu sont choses trop graves pour dépendre d’un intermédiaire.

Ils vous demandent seulement de tenter pour votre compte l'essai qu'ils ont tenté pour le leur. S'interdisant toute polémique, ils ne dépendent d'aucune église, d'aucun groupe politique, ni d'aucune société secrète.

Les rapports avec Dieu sont chose trop grave pour dépendre d'un intermédiaire.

Numérisation

Les deux premiers volumes de la première série du Bulletin sont disponibles au téléchargement (soit les années 1919 et 1920), le troisième volume est en cours de diffusion mensuelle.

COMITÉ DE CONFÉRENCES SÉDIR

Parcourir
Lire

La Prière

Paroles de M. Philippe, textes de Sédir et d’autres amis de la première heure…


Lire un extrait

Compte tenu de l’épidémie actuelle et devant l’incertitude des conditions sanitaires telles qu’elles pourront être d’ici fin septembre, il nous a semblé plus raisonnable de ne pas maintenir cette année notre réunion générale.

C’est avec regret que nous avons dû nous résoudre à cette décision !

Nous poursuivons cependant nos activités et vous donnons rendez-vous l’année prochaine.


Actualité Covid

Lire Lire